Vendredi 28 mai 2010
Voyage des Aînés




200 Douvrinois, dont une délégation d'élus municipaux conduite par M. Jean-Michel Dupont, Maire nouvellement élu et Mme Cathy Bouillet, Conseillère municipale déléguée aux personnes âgées, ont pris le chemin du littoral pour le voyage annuel des Aînés.

Avant d'arriver à destination, les Douvrinois ont marqué une première halte à Saint-Omer, et plus précisément, à la Grand'place en plein centre-ville. L'objet de cet arrêt était moins touristique que gastronomique, un petit-déjeuner copieux les attendait dans deux brasseries nichées au sein des ruelles audomaroises. Le temps de profiter des bons produits, puis les excursionnistes sont remontés dans les quatre autocars, qui ont été nécessaires au voyage.

Souvenir, souvenir...

Au revoir l'Audomarois et bonjour le Calaisis ! La visite de "Saint-Joseph - Village" pouvait commencer. Situé au Marais de Guînes, l'écomusée consiste en la reconstitution fidèle d'un village d'antan, avec son école, sa salle des fêtes, son imprimerie, sa forge, son garage et de vieilles mais délicieuses guimbardes, sa chapelle, son moulin... Et on pourrait  ainsi continuer longtemps la liste des commerces et autres lieux symboliques qui constituent ce merveilleux village. Tout a été recréé avec un soin méticuleux apporté aux détails. Les souvenirs n'ont pas retardé à resurgir et les Aînés ont été pris d'une douce et bienveillante nostalgie.

A fond la forme !!!

La visite terminée et le passage à l'estaminet effectué, il était l'heure de se rendre à la troisième et dernière étape de la journée : le repas dansant au restaurant "La Hêtraie" de Bouquehault, charmant village à proximité de Guînes. A peine l'apéritif servi, la piste de danse était occupée par les Douvrinois, poussée par l'enthousiasme et l'envie de passer un excellent moment de détente et de bonne humeur. Laurent Hénault a comblé toutes les attentes avec son accordéon : airs polonais, valses, paso doble, java, pratiquement toutes les danses de salon y sont passées. Juste un retour aux tables pour déguster les différents plats proposés au menu, puis à nouveau, les Douvrinois étaient de retour sur la piste.

En fin d'après-midi, nos Aînés ont repris la route vers Douvrin, la bonne humeur gardée au fond du cœur, un brin nostalgique, mais sans aucun regret véritable, pas même celui de n'avoir pas vu la mer pourtant si proche.