Samedi 19 mars 2011
Commémoration du Cessez-le-feu de la Guerre d'Algérie



Des représentants de la Municipalité et de l'Association des anciens Combattants se sont rassemblés au Monument aux Morts, afin d'y déposer une gerbe à l'occasion de la commémoration des Accords d'Evian, intervenus le 19 mars 1962, qui instaura un cessez-le-feu lors de la Guerre d'Algérie.

Allocution prononcée par M. le Maire

Mesdames, Messieurs, Chers amis,

Nous sommes rassemblés ce matin afin de commémorer le Cessez-le-feu en Algérie, suite aux Accords d'Evian, signés le 19 mars 1962. Les opérations militaires ont alors été suspendues.

Toutefois, les exactions provenant des extrémistes des deux côtés ont continué, niant le fait que la guerre n'avait plus de raisons de perdurer. Le conflit a fait des milliers de morts et de blessés, sans parler de tous ceux qui en sont revenus traumatisés.

Chacun d'entre vous, avez enfoui au fond de votre âme, de votre esprit, le souvenir de la mort qui rôde, qui frôle, qui emporte l'un de vos camarades. Même 49 ans après la guerre, ces souvenirs sont encore vifs et douloureux.

Aujourd'hui, je voudrai également vous demander d'avoir une pensée pour toutes celles et tous ceux qui se battent actuellement dans les pays d'Afrique du Nord, notamment en Libye, pour la liberté et la démocratie.

Les raisons de combattre peuvent diverger et s'opposer, mais il faut reconnaître que le courage n'a pas de couleur, ni de frontières. Vous, Messieurs les anciens Combattants, vous savez que la peur que vous ressentiez avant de partir à l'assaut, vos ennemis, la connaissez également. En cela, vous les respectiez, comme eux vous respectez.

Ici, je ne vous parle pas du contexte, de la haine des deux camps, des motivations légitimes ou non. Ici, je vous parle de force brute et humaine, du face à face entre deux hommes qui n'ont une seule et unique idée en tête, c'est de survivre.

Merci.