Samedi 12 février 2011
Assemblée générale de l'Amicale des pêcheurs de
Wingles - Douvrin - Billy-Berclau


En 2011, l'Amicale des pêcheurs de Wingles - Douvrin - Billy-Berclau a choisi la Salle des fêtes Lirdeman afin d'y tenir son assemblée générale annuelle. En cela, elle imite le Moto-club des Etangs qui pratique la rotation des villes hôtes concernées par son périmètre d'action.

Tout d'abord, M. Hervé Nowara, Président de l'amicale a donné la parole au trésorier pour la lecture des comptes financiers. Une inquiétude se fait jour avec la réduction de la prise en charge par l'Etat des contrats aidés (70% au lieu de 90%). L'amicale emploie plusieurs personnes, notamment pour réaliser les travaux d'entretien des 12 Kms de berges des 6 étangs et marais dans lesquels pêchent les amicalistes.

Pour l'heure, il n'y aura pas d'augmentation du coût de la carte de pêche, celui-ci restera à 32€00 pour les habitants de Wingles - Douvrin - Billy-Berclau, et à 52€00, pour les personnes extérieures aux trois communes signalées précédemment. A cela, il faut ajouter un droit d'entrée de 8€00 (acquitté une seule fois), aussi bien pour les Winglois, les Douvrinois et les Billy-Berclausiens, que pour les membres résidant à l'extérieur. Cependant, ces derniers ne peuvent adhérer que sur parrainage. Par ailleurs, les jeunes âgées de 16 ans bénéficient d'un tarif particulier de 32€00, indifféremment de leur lieu d'habitation.

Toutefois, un effort sera demandé aux 583 adhérents de l'amicale en 2012. Deux euros supplémentaires seront demandés aux adhérents de Wingles - Douvrin - Billy-Berclau, tandis que les membres extérieurs s'acquitteront d'un seul euro additionnel. Le ticket journalier devrait rester à 1€00.

La réduction de la prise en charge par l'Etat des contrats aidés n'est pas la seule raison du relèvement des cotisation. M. Nowara indique que le rempoissonnement des étangs subit un renchérissement. Puis, le bureau a décidé de réorganiser et de relancer les activités du Cercle amical (buvette et magasin de pêche).

Après les considérations financières, le Président a dirigé la discussion sur l'état, à proprement parler du dernier rempoissonnement. Il précise qu'il y a eu un moindre versement de poissons au Marais de l'Île, où on y a constaté une profusion de gardons. La raison provient de l'éloignement des cormorans, notamment grâce à la construction d'une hutte de chasse. Néanmoins, il y a une recrudescence de rats musqués sur le secteur, ces animaux nuisibles abîment durablement les berges. Cependant, il est interdit de les éradiquer avec des produits empoissonnées. Il faut recourir aux chasseurs, à la condition d'avoir obtenu une autorisation officielle.

L'amicale a investi dans l'achat d'une tondeuse autotracté afin d'améliorer l'efficacité et la rapidité de l'entretien des berges, mais également pour apporter de meilleurs conditions de travail aux employés affectés à ce genre de travaux. M. Nowara fait appel à des volontaires dans le but de nettoyer les étangs. Des jours spécifiques seront programmés.

Autre inquiétude, d'une autre nature : les forages effectués par la Communauté d'agglomération de Lens-Liévin, en vue de créer de nouveaux points de captage d'eau potable. Une certaine anxiété règne parmi les pêcheurs quant à un possible desséchement des Marais. Ainsi, les responsables de l'Amicale des pêcheurs a obtenu la pose de sondes au "Petit fond", au "Vieux terril, et au Marais à tanches, ce dernier sera également équipé d'une vanne. Ce système permettra la surveillance des niveaux des étangs, et la suspension momentanée, le cas échéant, du captage d'eau.

Le Président terminera cette assemblée, riche en informations, en remerciant le Syndiact intercommunal d'aménagement des espaces verts de Wingles - Douvrin - Billy Berclau. En effet, celui-ci a autorisé que soit organisé au lac, une nuit à carpes, un enduro à carpes et quatre concours aux "blancs" et aux "brochets".

L'objet de l'amicale est bien naturellement la pratique de la pêche en loisirs et/ou en compétition, mais elle met en avant un autre bur, celui d'oeuvrer à la préservation de l'environnement d'un "site exceptionnel".