Lundi 1er juin 2009
Découverte guidée du site de l'ex-gare d'eau
"La biodiversité à portée de bras"

Une quinzaine de personnes a répondu présent à l'invitation lancée par deux Eco-gardes d'Artois Comm. : E Lenglos et Emmanuel Delahaye.

Un temps idéal a permis la découverte - ou la redécouverte - du site de l'ancienne Gare d'eau, établi sur l'ilot du Canal d'Aires, près de la Cité Albert Camus. Grâce aux explications de fins connaisseurs, que sont les Eco-gardes, l'amas verdoyant, qui nous saute littéralement aux yeux, ne nous apparaît plus aussi uniforme.

La biodiversité est plus présente qu'on ne le pense. Ainsi, au hasard de la promenade pédagogique, il est fréquent de rencontrer des orchidées ; pas celles, exubérantes provenant des pays tropicaux via le commerce, mais il reste qu'elles appartiennent à la même espèce. Les essences forestières sont également assez nombreuses : frêne commun, bouleau, chêne, acacias, érable sycomore, églantier... le sol très azoté favorise la croissance de ces arbres.

Les hérons cendrés ne sont pas farouches

Côté faune, la caractéristique géographique du site (sans continuité terrestre autre que les ponts) empêche la présence de mammifères sauvages (on soupçonne tout de même la venue occasionnelle du renard) et des batraciens. En revanche, nul problème en ce qui concerne les oiseaux, on peut en observer une quantité d'espèces assez importante ; geai des chênes, grèbe huppée, poule d'eau, cormoran, colvert, ainsi que d'autres variétés de canards, sans parler des hérons cendrés, omniprésents.

Parmi les participants à la ballade, se trouvaient M. Charles Lepers, Adjoint au Maire chargé de l'environnement, et M. Alain Blondiau, Conseiller municipal, qui est à l'origine d'un projet d'aménagement du site en sentiers de randonnée. L'initiative est approuvée par la Municipalité. L'idée n'est qu'au stade de l'étude, les discussions doivent s'engager entre Douvrin, La Bassée, Haisnes, Artois Comm. et les Voies navigables de France.