11/11/2008 - Commémoration de l'Armistice 1914/1918




90 ans se sont écoulés depuis l'Armistice du 11 novembre 1918 qui a mis fin aux combats de la "Grande guerre". La Municipalité et l'Association des anciens Combattants ont procédé de concert à un dépôt de gerbe au Monument aux morts, à la mémoire des victimes civiles et militaires de cette tragédie nationale et mondiale. La Garde d'Honneur de Notre-Dame de Lorette, l'Association des familles, l'Association des Médaillés du travail et la section locale du Parti socialiste ont également déposer une gerbe.

Emmené par la fanfare de l'Harmonie "La Douvrinoise" et les Jeunes Sapeurs-pompiers, le cortège des élus municipaux, des présidents d'associations, des enfants des écoles et de citoyens, ont emprunté les rues de la commune pour le traditionnel défilé, qui s'est terminé place Saint-Augustin.

La Salle Léopold Boilly a offert le cadre des discours de M. Serge Gorillot, Maire et de l'Union française des anciens Combattants (UFAC). M. Henri Versavel, Président des anciens Combattants de Douvrin, a demandé à une jeune étudiante de lire le message national de l'UFAC.

Dans son allocution, M. Gorillot a décrit les conditions inhumaines des soldats français pendant le conflit 14/18, mais également de toutes les nations impliquées dans la Première Guerre mondiale. L'Armistice a signifié aux combattants la fin de la peur chevillée au corps, de l' effroi des champs de bataille. Arrivés sur ces derniers en 1914, le patriotisme au cœur et la volonté de défendre la France, les mobilisés ont vite découvert l'horreur des tranchées et appris à cohabiter avec la mort qui rôder en permanence.

M. le Maire a demandé à l'assistance, et aux plus jeunes d'entre eux, de ne pas relâcher la vigilance et de perpétuer la mémoire des Français tombés au cours des combats. Mais l'essentiel, c'est le message de paix qu'il faut inscrire dans tous les esprits. M. Gorillot a encouragé les jeunes à toucher du doigt la réalité de la guerre à travers des œuvres littéraires majeures que sont : "le feu" d'Henri Barbusse, "Sous Verdun - Août-Octobre 1914" de Maurice Genevoix, "La peur" de Gabriel Chevalier et "Les croix de bois" de Roland Dorgelès.

Pour marquer le caractère particulier de la commémoration, deux membres du Conseil municipal des jeunes, Sandra et Guillaume, ont fait une lecture publique d'une lettre d'un "Poilu" à sa femme.

La réception s'est conclut par la remise de médailles à des anciens Combattants (liste publiée ultérieurement) et le verre de l'amitié.
 
puce

Les récipiendaires sont :

puce

M. Christian Debout - Médaille de la reconnaissance de la Nation

puce

M. Louis Poppe - Médaille de la reconnaissance de la Nation

puce

M. Jeannot Delecour (trésorier des anciens Combattants) - Médaille de la fidélité à la section

puce

M. Jules Lestoquoy (ancien porte-drapeau) - Médaille de la fidélité à la section

Dans l'après-midi, l'Association des anciens Combattants a réuni plusieurs centaines de convives pour son traditionnel banquet.