Mercredi 27 mai 2015
Rencontre littéraire avec M. Pavel Hak

Après Abdelkader Djemai en 2013, Ian Monk en 2014, c'est Pavel Hak qui s'est déplacé au Centre multimédia Georges Brassens, pour l'annuelle rencontre littéraire de la bibliothèque, dans le cadre des "Lettres nomades", le Frestival littéraire international de Béthune et d'Artois Comm., organisé par le Centre littéraire "Escale des lettres" Nord-Pas-de-Calais.

M. Pavel Hak est un écrivain français, né en ex-Tchéscolovaquie. Il grandit dans un milieu où l'Art et la Culture sont difficilement accessibles. Après avoir été apprenti et obtenu son baccalauréat dans un lycée technique, il entre à la Faculté de Prague. Cependant, il en est exclu au bout d'un semestre. En 1985, il décide de traverser la frontière yougoslave pour entrer en Italie, où il obtient l'asile politique. Un an plus tard, il s'installe en France, à Paris, et reprend des études universitaires, tout en travaillant comme veilleur de nuit ; métier qu'il avait déjà exercé dans son pays natal. En 1991, il obtient une licence de philosophie à l'Université de la Sorbonne, puis se consacre à l'écriture et vit de petits boulots.

A l'aube des années 2000, il publie un premier livre : "Safari". En 2006, il reçoit le Prix "Wepler" pour son troisième roman "Trans". Aujourd'hui, il compte à son actif cinq romans et une pièce de théâtre, traduits en plusieurs langues. On dit de l'écriture de Pavel Hak qu'elle relève du combat permanent. Elle est acérée, précise et névralgique. Les sujets de ses romans tournent autour de la destruction, de l'esclavage moderne, des dominations politiques et des pouvoirs de la finance.

Après son passage à Douvrin, M. Pavel Hak a laissé le souvenir d'un écrivain abordable et sincère, qui a essayé d'expliquer les ressorts de son écriture et les fondements philosophiques et politiques qui sont à la source de ses romans. Il n'a pas cherché à expliquer la violence crue de son style, mis au service de ses fictions, qui s'avèrent finalement ancrées dans une réalité humaine intransigeante, passée, présente ou anticipée.