Vendredi 29 janvier 2016
Spectacle patoisant présenté par le Tennis-Club de Douvrin

La troupe "Sylvie and Co(q)s" est venue sur la scène de la Salle des fêtes Lirdeman pour le première fois en 2008, à l'invitation du Tennis-Club de Douvrin (TCD), présidé par M. Bruno Vercambre. Depuis, elle n'a cessé de jouer, chaque année, un nouveau spectacle ou une compilation de ses meilleurs sketches à Douvrin, sauf l'année dernière ; la leader charismatique de la troupe avait présenté une pièce de théâtre tiré du registre du "Boulevard". Tous les ans, la troupe remporte un succès incontestable, attirant jusqu'à 700 spectateurs.

Les spectacles de la troupe "Sylvie and Co(q)s sont joués en patois picard ; ce qui relève les représentations humoristiques en donnant du relief aux sketchs. La troupe, originaire de Boulogne-sur-Mer, est composée de trois artistes : Sylvie Danger, Christian Meurdesoif et Kevin Ansel. Sur scène, ils forment une famille détonante : Eugène et Alphonsine, mariés pour le meilleur et surtout pour le pire, et leur neveu. Pour leur dernier spectacle en date, intitulée "Rin d'bon dinl'vinte", le public douvrinois fut une nouvelle fois au rendez-vous. Dès les premières secondes, l'assistance est déjà gagnée par l'hilarité.

Le ressort comique des sketchs est basé sur sur le type de relation entretenu par Eugène et Alphonsine, du genre "Je t'aime moi non plus". Ils se détestent d'un amour tendre. En ayant des idées farfelues, le couple ne s'ennuie pas une seconde. Par exemple, ils "coachent" leur neveu, à la recherche d'un emploi, en vue de sa candidature aux prochaines élections municipales de leur village. L'idée est finalement abandonnée ; il faut bien avouer que leur neveu est un peu benêt sur les bords. Quoique Eugène ne percute pas toujours lorsque la modernité le chatouille ; le sketch sur le diagnostic médical à distance le démontre aisément.

Eugène et Alphonsine n'en ratent jamais une, surtout avec leurs voisins ; recevoir ce couple tonitruant n'est pas une sinécure. Plus encore, des blessures physiques sont à craindre. Et que dire des relations qu'Alphonsine entretient avec la Marée-Chaussée, elles sont explosives. Si on constate pas de continuité entre les sketchs, la troupe a néanmoins un pêché mignon, celui de truffer leurs sketchs de jeux de mots, à toutes les sauces, jusqu'à satiété, et même plus encore.

"Sylvie and Co(q)s a de nouveau les attentes du public tant les rires ont été constants. A la toute fin du spectacle, la troupe invitât M. Didier Fiévet à monter sur scène. C'est le secrétaire du TCD qui est la cheville ouvrière de leurs succès douvrinois, qui ne sont jamais démentis.